S.R.A.N. > Divers

 


  .: Bienvenue
  .: Accueil
  .: Ordre
  .: Titre
  .: Chevaliers
  .: Histoire
  .: Architecture
  .: Déclaration
  .: Pays
  .: Avis



   Accès





 
   Les Gouverneurs généraux du Canada

A noter que les gouverneurs généraux sont les représentants officiels du Souverain au Canada et de ce fait, possèdent les pleins pouvoirs.

  1867-1868 - Le vicomte Monck
  1868-1872 - Lord Lisgar
  1872-1878 - Le comte de Dufferin
  1878-1883 - Le marquis de Lorne
  1883-1888 - Le marquis de Lansdowne
  1888-1893 - Lord Stanley de Preston
  1893-1898 - Le comte d'Aberdeen
  1898-1904 - Le comte de Minto
  1911-1916 - Le duc de Connaught
  1916-1921 - Le duc de Devonshire
  1921-1926 - Lord Byng de Vimy
  1926-1931 - Le vicomte Willingdon
  1931-1935 - Le comte de Bessborough
  1935-1940 - Lord Tweedsmuir d'Elsfield
  1940-1946 - Le comte d'Athlone
  1946-1952 - Le vicomte Alexander de Tunis
  1952-1959 - Le très honorable Vincent Massey
  1959-1967 - Le très honorable Georges-Philias Vanier
  1967-1974 - Le très honorable Roland Michener
  1974-1979 - Le très honorable Jules Léger
  1979-1984 - Le très honorable Edward Schreyer
  1984-1990 - La très honorable Jeanne Sauvé
  1990-1995 - Le très honorable Ramon John Hnatyshyn
  1995-1999 - Le très honorable Roméo LeBlanc
  1999-2005 - La très honorable Adrienne Clarkson
  2005-2010 - La très honorable Michaelle Jean
  2010-2017 - Le très honorable David Lloyd Johnston
  2017-          - La très honorable Julie Payette



   La Suisse et sa noblesse

Nous devons admettre que la notion de noblesse ou de classe noble postule l'existence d'une société hiérarchisée ne reconnaissant le principe de l'hérédité de la fonction, du rang social.

Au Moyen-Age nous ne trouvons dans les différents cantons suisses que des familles de noblesse féodale puis également quelques familles anoblies à l'étranger. On trouvait, à travers la Suisse, un grand nombre de familles de dynastes qui étaient des vassaux du Saint Empire, de la maison de Savoie ou du Royaume de Bourgogne. Cette diversité empêcha la naissance d'un État doté d'un pouvoir central monarchique.

En Suisse dès le XIVe siècle, on peut distinguer, hormis les cas particuliers, trois modes de noblesse :

    La noblesse acquise en vertu du droit familial, c'est-à-dire par filiation, masculine et légitime dès le XVIe siècle.

    La noblesse résultant d'une concession ou d'une reconnaissance du souverain, lequel peut être un monarque ou un souverain collectif. Cette concession peut-être individuelle, familiale ou collective. Le souverain peut aussi reconnaitre un anoblissement concédé à l'un de ses sujets par un souverain étranger. Parallèlement, il existe aussi des anoblissements "récompenses" n'octroyant que la jouissance d'un titre.

    La noblesse acquise par intégration [Par exemple: Affry au XVè siècle, Reyff (1577) Pontherose (1443), de Vevey (1523), Vandel (1526), Hugues (1544)]. Cette intégration résulte souvent d'une ascension sociale et d'une ou plusieurs alliances avec des familles appartenant déjà à la noblesse. Elle est parfois accompagnée de l'acquisition d'un fief noble (La seigneurie de Mézières est acquise en 1547 par Jost Freitag qui dès lors se qualifie de noble).

La perte de la noblesse n'existait quasiment pas en Suisse où les classes sociales étaient plus proches que dans d'autres pays. Juridiquement, il n'y a ni mésalliance ni dérogeance liée au travail manuel ou au commerce. Ainsi noble Jean Gambach était en 1442 fabricant de faux, et noble Louis de Daguet était charretier à la fin du XVIIIè siècle. Les seuls cas de perte de noblesse sont donc soit la bâtardise soit la renonciation volontaire. Ce dernier cas se rencontrait à Fribourg afin de pouvoir accéder à la charge de banneret ; ce fut notamment le cas pour certaines branches des familles Fegely, Gottrau, Reynold, et Reyff.

Chaque Etat possédait sa propre constitution, sa monnaie, sa juridiction, ses us et coutumes, son histoire et donc sa propre noblesse. Il est donc nécessaire pour comprendre les noblesses suisses de préciser quelques particularités nobiliaires de chaque canton.



   Liste des pays du Commonwealth

Antigua et Barbuda Mozambique
Australie Namibie
Bahamas Nauru
Bangladesh Nigéria
Barbades Nouvelle-Zélande
Belize Nouvelle-Guinée
Botswana Ouganda
Brunei Pakistan
Darussalam Papouasie
Cameroon Royaume-Uni
Canada St. Kitts et Nevis
Chypre St. Vincent et Grenadines
Dominique Sainte-Lucie
Fiji Islands Seychelles
Gambie Sierra-Leone
Ghana Singapour
Grenada Solomon Islands
Guyane South Africa
Indes Sri Lanka
Jamaïque Trinidad et Tobago
Kenya Tuvalu
Kiribati Vanuatu
Lesotho Swaziland
Malawi Tanzanie
Malaysie Tonga
Maldives Western Samoa
Malte Zambia
Maurice Zimbabwe



   Qu'est-ce que la monarchie

La monarchie est régime dans lequel l'autorité est détenue par une seule personne qui exerce le pouvoir ou en déléguant, selon certaines règles instituées. Le terme s'applique aussi à l'état où un tel régime existe. L'importance du pouvoir du monarque et ses attributions varient selon le type de monarchie :

I.   La monarchie et le droit

La véritable monarchie a souvent été opposée, par ses théoriciens, à la tyrannie qui est un pouvoir de forme monarchique, mais non fondé en droit. La souveraineté du monarque doit être limitée ; un ensemble normatif qui la distingue du despotisme : soit les lois de Dieu, soit des règles de justice naturelles, les lois fondamentales de l'état. Pour la plupart des théoriciens, la monarchie n'est donc pas seulement le gouvernement lui-même mais elle suppose le respect des autorités supérieures, en compte de l'intérêt fédéral et le bien commune mais aussi dans les attributions du monarques, la sucession et le respect des normes.

La monarchie peut être élective ou héréditaire. La monarchie héréditaire : le monarque est chef d'Etat par la naissance et pour toute sa vie. Un des principes de légitimé de fonder la monarchie héréditaire, c'est le droit divin : que Dieu choisit la personne du roi par la règle de succession. L'histoire et les coutumes jouent aussi un grand rôle dans la légitimité des monarchies en place.

 
II.   La monarchie féodale

Dès le Moyen-Age, le gouvernement monarchique s'est répandu dans toute l'Europe, souvent par besoin d'un dirigeant fort et capable de lever et commander des forces armées pour défendre le pays. Les monarchies féodales européennes étaient dynastiques, le trône étant généralement transmis à l'aîné ou au plus proche descendant masculin. Les souverains médiévaux se procuraient soldats et armes auprès des seigneurs féodaux et ne se maintenaient donc qu'au pouvoir grâce à l'allégence de la noblesse.

 
III.   La monarchie absolue

Généralement, elle s'applique surtout aux monarchies occidentales vers le XVI et XVIIIè siècles en Espagne et en France notamment. Dans la monarchie absolue, le roi gouverne seul mais doit respecter les privilèges des corps et des ordres qui compose le pays et il doit prendre conseil. La monarchie absolue est, par essence, centralisatrice. Louis XIV en France est le représentant archetype.

Avec le déclin de la féodalité, le pouvoir est centralisé des souverains. Ces dirigeants sont soutenus par une classe moyenne grandissante, ou bourgeoisie, qui tire profit d'un gouvernement central fort, capable de maintenir l'ordre et de créer une ambiance propice a l'épanouissement du commerce. En Angleterre, puis en France, le principe d'un roi qui commande seul est ensuite remis en cause par les parlements composés de cette bourgeoisie qui n'entend plus seulement être consultée mais qui veut gouverner.

 
IV.   La monarchie constitutionnelle

La monarchie anglaise du XIXè siècle, s'inspirera du modèle. La constitution doit émaner de la nation et régir les règles du gouvernement, du parlement et la Chambre des Communes qui représente la nation et incarne le droit face au monarque, de 1815 à 1848, s'inspirent de ce principe. Dans ces formes de monarchie, tandis que le parlementarisme s'élabore progressivement, la souveraineté passe à la nation.

D'autres en Europe, n'ont cesser d'exister qu'au lendemain de la première guerre mondiale, notamment celles de Russie, d'Allemagne et d'Autriche. Certaines monarchies constitutionnelles perdurent encore, symboles de l'unité nationale, Pays-Bas, Norvège, Royaume-Uni, Espagne, Danemark et d'autres.
 



   Lieutenents-Gouverneurs

Le lieutenant-gouverneur est le représentant du souverain dans la province. Il possède des pouvoirs constitutionnels équivalents à ceux d'un chef d'État. Il est chargé de multiple tâches tel que confirmer dans leurs fonctions les membres du Conseil des ministres et leur faire prêter les serments de discrétion et d’office, de même qu'il est chargé de l'ouverture et de la prorogation des sessions de l'Assemblée nationale.

Le lieutenant-gouverneur doit sanctionner les projets de lois, ratifier des décrets du gouvernement et dissoudre le Parlement. Le premier lieutenant-gouverneur du Québec est Narcisse Belleau nommé en 1867. En 1997, Madame Lise Thibault fut la première femme à être nommée à ce poste.

  1898-1908 - Louis-Amable Jetté
  1908-1911 - C.A. Pantaléon Pelletier
  1911-1915 - François Langelier
  1915-1918 - P. Evariste Leblanc
  1918-1923 - Charles Fitzpatrick
  1923-1924 - Louis-Philippe Brodeur
  1924-1928 - Narcisse Perodeau
  1928-1929 - Lomer Gouin
  1929-1934 - Henry Georges Carroll
  1934-1939 - Esioff Léon Patenaude
  1939-1950 - Eugène Fiset
  1950-1958 - Gaspard Fauteux
  1958-1961 - Onésime Gagnon
  1961-1966 - Paul Comtois
  1966-1978 - Hugues Lapointe
  1978-1984 - Jean-Pierre Côté
  1984-1990 - Gilles Lamontagne
  1990-1996 - Martial Asselin
  1996-1997 - Jean-Louis Roux
  1997-2007 - Lise Thibault
  2007-2015 - Pierre Duchesne
  2015-          - Michel Doyon

Qui est-il, que fait-il, quel est son rôle et ses responsabilités :

La fonction de Gouverneur Général, la plus ancienne institution publique du Canada, est un fil qui relie les Canadiens. De Samuel de Champlain en 1608 à Adrienne Clarkson, aujourd'hui, en passant par le vicomte Monck en 1867 et Vincent Massey en 1952. Le rôle du Gouverneur Général remonte à près de 400 ans.

De nos jours, nous célébrons l'excellence au moyen de la coupe Stanley, de la coupe Grey, des Prix littéraires du Gouverneur Général et de la médaille académique du Gouverneur Général pour le mérite scolaire. Ces prix et trophées ont été créés par des Gouverneurs Généraux, et représentent un aspect du Canada qui nous donne à tous des raisons de célébrer.

Quelle est sa place dans le gouvernement :

À l'instar de nombreuses autres démocraties, le Canada a établi une nette distinction entre le rôle du chef d'Etat et celui du chef de gouvernement. Le Gouverneur Général représente la Reine qui est le chef d'Etat ; est choisi par la Reine sur l'avis du Premier ministre du Canada. Le Premier ministre est le chef du gouvernement ; est le chef du parti ayant l'appui du plus grand nombre de députés au Parlement.

Quelles sont ses fonctions :

Elles sont axés sur six grands thèmes :

    Représentation de la Couronne au Canada
    Promotion de la souveraineté canadienne
    Célébration de l'excellence
    Renforcement de l'identité nationale
    Renforcement de l'unité canadienne
    Leadership moral



   L'esprit de la Noblesse

Le véritable esprit de la noblesse vient d'abord du coeur et de l'esprit. Savoir comprendre les autres, être présent dans leur désarroi, être l'oreille attentive à ceux qui en ont besoin, s'abstenir des commentaires blessants ou passer des jugements sur les autres. C'est faire grand usage de la mesure dans ses paroles et propos.>

C'est aussi ne pas faire de distinction entre le faible et le fort, le pauvre et le riche ; c'est se tenir loin de l'arrogant, du méprisant qui n'a jamais compris les autres. Cela peut aussi signifier se sentir aussi à l'aise avec le simple comme le flamboyant. C'est aussi aider (dans la mesure du possible) ceux qui en ont besoin.

Mais c'est aussi être un phare pour les autres. Essayer par tous les moyens d'enterrer nos défauts et de manifester nos qualités. C'est éviter la moquerie, le double language, les stupidités anonymes adressées à n'importe qui.

C'est déja beaucoup d'arriver à faire tout cela ; il y aurait peut-être encore plus à faire !


 
 


  .: Découvrir
  .: Culture
  .: Images
  .: Divers
  .: Autres
  .: Glossaire
  .: Activités
  .: Liens



   Express

Lieutenant Gouverneur
Portail officiel du gouvernement du Québec
Site du gouvernement du Canada
Site officiel de la monarchie Britanique